Memory Full

CPC only meeting

Ze Meeting 2003

15 Aug - 17 Aug 2003

Bassoues (32)

Organizer(s): Semilanceata, Futurs'

15 Participants

&1000, BDC-Iron, Candy, Eliot, Grim, Jamian, Ker, Nicky One, OffseT, Overflow, Power, Roudoudou, Supersly, Targhan, Zik

Additional info

LISTE COMPLETE

Invitation(s)

Commemorative(s) demo(s)

Ze Meeting 2003 (Arkos+Kill Or Die)

Competition(s)

Demo

1. Climax (Les Sucres en Morceaux)

2. CNGtro #1 (CNGsoft)

Report(s) link(s)

Another World #36 (Roudoudou)

Report



Oyez oyez chers gens ! Il est de mon devoir de journaliste intrépide de relater les événements qui se déroulèrent à Bassoues (32), les 15-16-17 Août 2003. Cette nouvelle édition fut encore une fois organisée par Jamian, aidé par son père, ainsi qu'Offset aux fourneaux.

Le chemin de Bassoues (56), comme dit la chanson, est vraiment très long (si si, je vous assure qu'elle existe cette chanson). Et c'est pourtant avec Sylvestre, individu louche s'il en est, que je décidai d'aller au meeting. Je me rendis chez lui le Mercredi, soit 2 jours avant le début officiel du meeting. Il est donc prévu de partir tôt le lendemain matin pour Bassoues afin d'éviter de trop rouler dans la fournaise de l'été (et dieu sait s'il a fait chaud). D'autant plus que Mr Vestre a prévu de visiter un magasin de BD à Bordeaux ! Toutes mes tentatives pour l'en dissuader se sont avérées vaines, à mon grand dam («Mais, on va crever de chaud !», «Tu as déjà des centaines de BD chez toi !», «Bordeaux te hait !», «Tu as toute la vie devant toi pour t'enfermer et lire, attends ta retraite !», «Bordeaux, j'y vais au retour aussi (véridique)»).

Arrivés en soirée en sa demeure, une charmante maison perdue en campagne, on ne peut s'empêcher de causer CPC naturellement et musique des années 70. Je vis en exclusivité avant tout le monde sa megademo Climax et il faut avouer que le résultat est vraiment bluffant, bien qu'elliptiquement dangereux... Sylvestre me montra également sa technique de «dégommage de moustiques» à l'aide d'un élastique, vraiment très efficace. J'ai dormi dans le salon, dans un grand lit, ce qui en théorie aurait du être sympathique, mais c'était sans compter l'inestimable bonté de Sylvestre envers les diverses créatures volantes, insectes et moustiques qui vivent dans le froid de la nuit, pour qui les fenêtres étaient restées ouvertes toute la soirée. Par un enchantement du destin, c'est JUSTE au dessus de mon lit qu'elles établirent leur territoire (ou plutôt, leur terrain de chasse). Toutes les minutes, une bestiole me tombait dessus, ça fait très peur et ça fait mal quand ça pique. Bref, c'est avec honte et dédain que je leur ai laissé le lit et ai établi ma retraite entre 2 tables, emmitouflé dans une couverture qui ne sut me faire oublier la dureté du sol (et de la vie, par la même occasion). C'est donc les yeux bien cernés que je pris mon petit déjeuner avec Sylvestre qui finalement se leva plus tard que prévu, allongeant ma torture de quelques heures.

La préparation se fit relativement rapidement et vers 10h30 nous partûmes vers le meeting. Ou plutôt, vers Bordeaux. Fort heureusement, on se ne perdit pas, et le magasin fut plutôt facile à trouver. Sylvestre y resta tout de même deux bonnes heures, mais y trouva son bonheur de même que le vendeur (qui gagna moult roubles sans heurts (c'était pour faire une 4e rime)).

ENFIN, on put se rendre au meeting. Bon, la route que nous avons pris n'était pas un modèle d'optimisation (merci Nicky One) mais finalement tant mieux, car les rapports que j'ai eu avec Sylvestre furent loin d'être stériles (je fais allusion à nos conversations, mais vous aviez compris). Durant le trajet, sur une idée de Sylvestre, on a élaboré un procédé pour animer de petits films qui pourrait s'avérer fort sympathique. De plus, il me posa de nombreuses questions au sujet du PSG qui me donnèrent beaucoup d'idées quant au Starkos. Bref, il est très intéressant de connaûtre les interrogations de quelqu'un qui a un esprit «neuf» et objectif par rapport à ce qui se fait, cela amène souvent de nouveaux concepts, choses dont se préoccupent peu les codeurs, perdus dans les optimisations et le triturage de leurs anciens effets.

image

C'est vers minuit et demi le Jeudi que Bassoues (82), village désormais familier, nous ouvrait ses portes. La salle du meeting est déjà occupée par la majorité des participants, chose rare pour un meeting qui n'est pas censé avoir commencé. S'y trouvent Iron, Grim (gropek), Candy et sa dulcinée Morgane, Jamian, Offset, Zik, Power et Roudoudou. Ramlaid devait venir lui aussi, mais déclina l'offre au dernier moment, atteint d'une diarrhée aiguë (je dis ce que je veux, eheh). Les comparses du KOD, Ced et Barjack ne vinrent pas non plus, l'un refusant de venir si l'autre ne venait pas. Ils ont donc été victimes d'une boucle infinie (à ce jour, je crois qu'ils s'attendent encore), laissant le pauvre Power seul représentant du clan KOD. C'est clair que pour l'image de marque, y'a franchement mieux comme vitrine. Orphee était au Portugal à danser la Coucalacha. Slyder avait mariage forcé (pas le sien, heureusement), Romain faisait la teuf avec ses potes, Toms et Hicks draguaient aux Sables d'Olonnes, Beb avait piscine (j'ai vérifié). Les autres absents sont toujours en train de chercher Bassoues sur la carte.

Roudoudou, Iron et Power étaient déjà présents au village depuis plusieurs jours, ayant décidé de les passer dans le camping situé à 300 mètres en bas du village. Ils nous racontèrent comment une soirée avait failli dégénérer en baston quand un «yo» (comme dirait Iron, oui oui, y'en a même a Bassoues !) eut l'idée de faire plusieurs tours du lac en mobylette, gênant ainsi tout le camping. C'est un Roudoudou en colère (maûtrisée) qui s'approcha de lui et lui fit comprendre en des termes judicieusement choisis ce qu'il adviendrait de sa vie s'il continuait sa disgracieuse besogne (j'aime contraster mon vocabulaire avec la violence de la situation). Le yo se fit tout petit, et quitta le camping. Mais sitôt sorti, lui et sa bande se mirent à brailler on ne sait quelles obscénités avec véhémence, fougue et rancoeur (Targhan, 1er prix du concours Baudelaire, merci, ça fait plaisir). Power proposa en rigolant «et si on leur faisait peur en leur fonçant dedans en voiture, pleins phares ?». Coïncidence, sitôt dit, voila qu'un Jacky du camping, en colère, monte dans sa voiture, allume phares et anti-brouillards, et fonce sur les malfrats. Il manque de les renverser, stoppe la voiture, sort avec une batte de base-ball. Nos trois CPCistes se lancent vers eux également. J'abrège ici ce qui s'est passé, car il ne s'est pas passé grand chose (mis à part les coups offerts par un Power qui ne sentait plus sa puissance). Malgré quelques échanges d'insultes croustillantes («Va te faire enculer !», «Ouaiis, tu m'encules pas, ch'ui lesbienne, j'lèche mes copines !!»), menaces en tout genre, il n'y eut pas de sang versé et c'est presque avec une poignée de main que les différents protagonistes quittèrent la scène. Bref, c'est une anecdote qui me fait bien rire, et j'espère aussi que vous aussi vous riez bien derrière votre écran.

Mais fermons ce paragraphe et focalisons-nous sur les activités de nos CPCistes pendant le meeting. Nous venons donc juste d'arriver, Sylvestre et moi, nous sommes le Jeudi et il se fait tard. On s'installe, on commence à discuter de tout et de rien, on se sert à boire (Kriska !!) et, chose plutôt sympathique, les gars (et la fille) nous avaient attendu pour entamer le repas. Très franchement, je ne suis pas capable de vous dire ce qu'on a ingurgité ce soir la mais je n'en ai point souffert (tout comme lors des autres repas), c'était donc humainement assimilable.

Ensuite, et bien on se pose devant nos écrans et on commence à bosser. N'en ayant pas amené, je pique celui de Power quand il n'en a pas besoin, en attendant que Nicky One en apporte le lendemain (et en priant pour qu'il fonctionne). Stratégiquement, je me place à coté de Grim, collègue dans le labeur (mais ennemi après les heures de travail). La salle comporte également un Amiga et une sono, qui sera pratique pour passer quelques sketches en MP3 (le donjon de Naheulbeuk, très marrant), diverses musiques que le DJ pourri aura l'audace de mettre, de la musique d'ambiance pour cérémonial (cf. plus loin !), ou, plus sérieusement, pour éclater la concurrence à Knockout.

Alors, quoi qu'on a fait à ce meeting ? Le père Grim et Candy avancèrent à grande vélocité dans l'élaboration de leur démo, aux effets prometteurs. Ils furent malheureusement freinés dans leurs Hardeurs par l'obligation de jouer une musique de Shap avec digidrums, à une fréquence bâtarde IMPOSEE (j'insiste sur ce mot) par le compositeur, et par le fait de devoir réutiliser une routine de replay plutôt extravagante codée par le même sieur. Bref, Grim passa le clair de son temps à debugger et à essayer de comprendre pourquoi Shap joue deux fois la même partie du sample d'une vbl sur l'autre, et à retrigger le registre de volume de manière sporadique. Qui a dit que coder n'était pas un sport ??

Sylvestre avait amené un T-Shirt Climax et c'était à Iron, porteur officiel, de l'arborer pendant le meeting. Pas de bol, Iron doit être le pire spécimen possible. D'une part car, tout comme le singe dont il descend, il préfère rester torse nu, et d'autre part car ses longs cheveux recouvrent le logo Climax. Mais c'est pas grave, c'est l'intention qui compte, comme disent tous les loosers qui ont raté leur coup.

Parlons du père Iron. Pas que j'en ai envie, mais on m'a conseillé d'insérer des temps morts dans mes articles pour faire ressortir les passages intéressants. Celui-ci se focalise maintenant sur la création d'utilitaires, dont Graphos, que je voyais pour la 1ère fois. Très impressionnant ! De plus, il a élaboré un utilitaire de dessin qui gère le flipping, à la demande pour Ced & Barjack. Il a également dans l'idée de créer un assembleur, là je lui souhaite bien du plaisir. Grim et moi avons tous les deux abandonné, non point à cause du labeur, mais plutôt par découragement. Pourquoi faire un utilitaire simple, rapide, et puissant au possible alors que tout le monde désire un truc lourdingue, avec des options délirantes, et pire, de l'ascii (arg!!) ?? Cela dit, je pense qu'Iron a un avantage considérable : il s'en fout de tout le monde, et est donc à même de programmer un utilitaire exactement comme il le veut.

Si Iron ne code plus de demo, il y a... OFE pour le remplacer. OFE est en quelque sorte la section demo de Iron. Les productions annoncées ont l'air... comment dire... intéressantes. Ce n'est pas Tom & Jerry qui me dira le contraire. Bref, Iron & OFE, bonne continuation.

Roudoudou avait eu une bonne idée, ce qui lui arrive assez souvent en meeting (et nulle part ailleurs), c'est de réserver un CPC (le 664 d'Offset) pour que les participants puissent, en direct, écrire leurs impressions. Il avait donc codé un petit utilitaire plutôt bien foutu qui stockait également l'heure et le jour à laquelle les phrases étaient entrées. A l'heure qu'il est, je pense que tout le monde a dû récupérer l'ensemble de ces données et ainsi ressentir toute la quintessence de ce meeting. Expérience à renouveler !

C'est le Vendredi (midi ?) qu'Eliot, revenu de ses vacances, arriva avec son CPC bleu. Il passa le plus clair de son temps à coder sa multi-parts à venir, à base de plasmas, wobblers, et autres, le tout en soft, ça s'annonce vraiment très impressionnant. De plus, la démo sera ponctuée de chouettes graphismes du KOD.

Seul représentant de ce groupe, Power se devait de montrer un peu ce qu'il savait faire. Il avait de nombreux effets déjà codés et j'avoue avoir été plutôt impressionné. Des plasmas, certes un peu lents, mais aussi un rotozoom vraiment joli. Sylvestre a d'ailleurs beaucoup conversé avec lui au niveau du design, cela dit je trouve toujours ses couleurs un brin trop psychédéliques pour moi.

En ce qui me concerne, j'ai réussi à faire tout ce que je voulais faire, je m'en félicite donc ouvertement ici. Rien d'exceptionnel cependant, j'ai trouvé le dernier bug au copieur de la Demoizart, tout ca parce qu'Offset ne donne pas toutes ces infos dans Quasar, ahlala, y'en a j'vous jure. Ensuite, j'ai trouvé une nouvelle option à ajouter au Starkos, ce qui m'embête un peu, ça complique les choses... Enfin, j'ai codé des routines FDC qui gèrent le format taille 6. Chose amusante, que j'ai ensuite trouvée détestable, seul mon lecteur de disquette peut générer des disquettes avec 6140 octets par piste, ce qui est bien embêtant si on veut faire un format copiable et utilisable partout. Et puis surtout, ces satanés lecteurs 3 pouces ne veulent même pas créer ces pauvres formats avec une taille décente, c'est la pitié. Bref, le seul truc que je peux en faire, c'est une protection anti Chany ou GPA...

Le meeting regorgeait de bonnes surprises : le vendredi soir, on nous ordonna (!) d'écrire sur un papier un mot chacun, servant de thème à une fastcompo qui prendrait fin le Dimanche soir. Morgane, main innocente, piocha deux mots, qui deviendraient deux thèmes au choix... C'est «Du cul» et «Barbe» qui sortirent. Le 1er fut d'Iron (vous aviez deviné), le second... de moi (hum). J'avoue ne pas avoir eu d'idées, j'ai donc lâchement abandonné après 2 minutes de réflexion. Inspiré par sa propre inspiration, Iron déborda d'énergie et se mit à la tache, de même que Roudoudou. La suite plus loin....

Petit jeu entre geeks : comptez, chacun à son tour, de 1 à l'infini (si vous êtes courageux), dans une base donnée, genre 3, 5 ou 7. Comment c'est venu sur le plateau, aucune idée, mais j'ai essayé avec Grim, Jamian et Offset, et croyez pas, ce n'est pas facile (c'est a vous de décider si c'est un bon jeu ou non... Personnellement, moi j'ai bien ri, mais il me faut pas grand chose).

Le Samedi matin, alors que presque tout le monde dormait, Grim, les yeux imbibés de sommeil (dans la soirée, ce fut d'autre chose), fut réveillé par ce qu'il crut être... un ouvrier apportant un réfrigérateur dans la grande salle. La vérité me fut dévoilée un peu plus tard lorsqu'à mon tour je me levai : c'était Overflow qui avait eu la judicieuse idée d'apporter une borne arcade, «pour se faire pardonner son inactivité». Bon mon gars, moi je pardonne pas si facilement, alors t'as intérêt de la ramener aux prochains meetings. Il s'agissait en fait d'une véritable carcasse de borne arcade telle qu'on peut en trouver dans une salle de jeux vidéo, avec les joysticks spécial musculation, les 4 boutons Fire, le tout pour deux joueurs ! La partie interne était en fait un PC émulant à la perfection les 3500 jeux stockés sur le disque dur... Le résultat est complètement bluffant, même si les quelques saccades provoquées par la «lenteur» du processeur (1,3 Ghz) nous rappelaient par moment la véritable nature du Maûtre de la borne. Bref, cette machine nous a vraiment bien servi pour ce meeting, ça a chauffé l'ambiance et empli l'atmosphère de musiques soundchip entraûnantes.

Au niveau jeu, c'est clair que les moyens y étaient. Plusieurs cartes réseaux étant disponibles, c'est avec un plaisir contrôlé que j'exterminai la racaille à Lap et Shoulder Dash, et ce n'est pas Candy, Offset et ce nabot de Grim qui pourront nier leur défaite. J'ai trouvé cependant un match contre Offset tout seul particulièrement intéressant. Jouer a LAP à deux modifie complètement la manière de jouer (bon, le père Offset n'a pas fait long feu, hein, n'exagérons rien).

Comme précisé plus haut, un Amiga a servi à jouer à Knockout, ce jeu génial où les joueurs (jusqu'à 8) essayent tant bien que mal de faire rester leur voiture sur une plate-forme qui se rétrécit, en prenant compte de l'inertie et la fourberie de ses collègues de massacre. Les parties furent bien serrées ici. Le match en équipe nous a tout de même permis, Grim et moi, de gagner (malgré la perte d'un point lors d'un suicide collectif, tout ça parce que nous pensions que l'autre atteindrait tout de même la sortie).

image

Mention spéciale à Morgane qui termina MegaBlaster sur CPC (bravo), avec les vies infinies (oh la nulle). On a pu voir à quel point Odiesoft avait bossé sur ce jeu et aussi de voir la fin, aux dialogues d'une hilarante pauvreté.

Le Samedi soir fut la soirée du drame. Certains appelleront ça «débordement», d'autres «super teuf», d'autres, comme moi, penseront que c'est plutôt normal et qu'il ne faut pas en faire un drame. Ce qui s'est passé, c'est qu'une sorte de petite soirée s'est déroulée dans la cuisine, de manière totalement improvisée. Nous étions d'abord un petit comité, dont moi, Grim, Roudoudou, Iron, Power et Nicky one, l'alcool commença à circuler, l'ambiance chauffa un peu. Finalement, presque tout le monde se retrouva dans la cuisine, laissant la grande salle du meeting désespérément vide. Les blagues douteuses (mais néanmoins rigolotes) circulèrent, rots et pets furent échangés dans la grande tradition des familles d'Iron et Roud'. Rien de méchant, on s'est plutôt bien marré, c'est resté bon enfant. Ker qui venait d'arriver a effectivement été un peu... désappointé par ces comportements, ce qu'il a sciemment écrit sur le Log du 664. Nicky One, qui avait, comme Slyder, mariage forcé le lendemain (en compagnie de personnes qu'il détestait), profita de l'occasion pour... se décontracter. Lorsqu'il rentra chez lui tard dans la nuit en vélo, déjà il partit dans la mauvaise direction, d'autre part il n'arrivait plus à rouler en ligne droite. Cette petite soirée est plutôt une nouveauté dans les meetings, mais je n'y vois rien de mal, tant qu'on reste lucide, que personne ne tombe malade, qu'on reste capable de coder et de parler. Et puis on a pas fait ça tous les soirs... C'est sur cette phrase que se termine ce chapitre. Ah non, c'est sur celle la, en fait.

Parlons maintenant d'un sujet moins controversé : la sortie de la Climax coïncidait avec la sortie d'une «megademo» qu'avait proposé Nicky One il y a de cela de nombreux mois. Tout le monde était libre d'envoyer ses parts qui seraient présentées pour ce meeting, et sortiraient en mégademo peu après (à la manière de la Power System Megademo). De plus, un jury composé de trois personnes (Nicky One, Jamian, Grim) devait désigner la meilleure demo et en féliciter l'auteur, qui deviendrait pour un instant le héros d'une cérémonie tenue en son honneur (avec une organisation improvisée qui force le respect). Bien sûr, ce moment passé, il redeviendrait la larve croupissante qu'il était auparavant à nos yeux.

Si l'idée était bonne, son succès fut un peu moindre, puisque seules 4 personnes participèrent. Néanmoins, la qualité fut au rendez-vous. C'est le Samedi en soirée, qu'on nous présenta l'ensemble des productions, sur 4 CPCs alignés. Plissken avait programmé une demo que personnellement je trouve sympathique, mais qui ne reflète en rien le potentiel du quidam. C'est très classique, scroll et rasters. Bref, rien de transcendant, même pour Plissken qui ne sait décidément pas mettre en avant ses atouts (celui qui dit «lesquels ?» est vraiment mesquin, mais rigolo). Optimus présenta une demo d'Antitec (sans son autorisation, je l'ai su plus tard, eheh). Ce dernier l'avait déjà amenée au ZM 2000 (sans la diffuser), il s'agit d'un gros scroll avec une petit scroll par dessus, avec une vitesse différente. C'est plutôt laid, mais ça reste sympathique. Bonne surprise de la part d'un codeur espagnol, CNGSoft, qui a réussi à coder quelque chose de très joli, en 4 ko, et avec musique ! Il s'agit du même effet de logos qui scrollent d'Eliot dans la Croco Channel 3, avec un scrolltext au milieu. Cerise sur le cake, graphiquement c'est très réussi. Bref, c'était lui qui aurait du gagner, si l'autre Sylvestre n'avait pas mis son pied dans le plat. Climax étant d'une part un gros projet, d'autre part, son premier, et encore d'une autre part, une innovation de bon aloi, il fut logique de lui décerner la palme.

image

C'est là que ça devient intéressant (avant, c'était plutôt mauvais je trouve) : sortis de nulle part, survinrent les Chevaliers du Zilog. Les lumières s'éteignirent, une musique moyenâgeuse s'éleva (devinez de qui elle est), et de la cuisine s'élevèrent des voies d'outre-tombe : '«Sylveeeeestre !!!! Syyyyyyylveeeeeeeeestre !!!». Trois hommes, parés du costume de leur secte (XIVe siècle, à vue de nez), montèrent les escaliers et pénètrent dans la grande salle devant un parterre de médusés. Tirant sa grande épée, le 1er homme demanda à Sylvestre de s'avancer et de s'agenouiller devant lui afin de recevoir sa bénédiction, et ainsi l'accepter dans leur clan. Sylvestre obéit. S'il avait su ce qu'il allait recevoir, il se serait sûrement enfui à toutes jambes. L'homme encapuchonné devait en toute logique lui tapoter les 2 épaules puis la tête comme cela se fait habituellement, tous les sectaires confirmeront. Peut-être que les Chevaliers du Zilog n'acceptent que les manchots décapités dans leur club ? Toujours est-il qu'après avoir subi l'épreuve de l'épée sacrée («Blam (aie !) Blam (aiie !!) Klonk (arg)»), nul ne douta de la valeur de ce nouveau Chevalier... ainsi qu'en sa faculté à résister à la torture. En guise de bienvenue, il fut couvert de cadeaux. Tout d'abord, deux inestimables affiches Aubade, très connues de... tout le monde, et offertes par AbriBus Services (dont Grim est actionnaire... enfin c'est ce que j'ai compris), ainsi qu'un abonnement d'un an au fabuleux magasine AM-MAG ! Bref, Sylvestre est désormais comblé, à défaut de l'avoir été par la nature.

Passons maintenant derrière le rideau. L'organisation du jury a été, apparemment, sans faille. On a vu les sieurs Grim et Jamian quitter discrètement le meeting le samedi après midi, sous prétexte d'aller chercher les écrans chez Nicky One... C'est là que furent achevés les derniers préparatifs ! Quelle technique. On se permet de penser dans les milieux autorisés à penser, que l'exécution fut toute autre. Lors de la montée des marches de la cuisine, les hommes masqués devaient marcher en canard pour ne pas se prendre les jambes dans leur soutane. Nicky One était censé porter une bougie ALLUMEE à la main. Mais, écroulé de rire à cause de Jamian gueulant «Syyyyylveeeestre !», son souffle éteignit la flamme, plongeant le spectacle dans l'obscurité. C'est pourtant avec un grand professionnalisme qu'ils exécutèrent leur besogne (et Sylvestre). Bref, ce fut un grand moment, encore bravo à Grim, Jamian et Nicky One pour ce divertissement de premier ordre !

Lorsque le Dimanche soir arriva, il fallu (ajouter «sse» n'est pas hors propos ici) désigner le vainqueur de la mini-compo. Iron avait bien commencé la sienne, malheureusement il avait vu trop grand pour ses petits doigts et avait été finalement contraint de mettre à plus tard la diffusion de son oeuvre. Il s'agissait d'un petit jeu sur CPC+ où le joueur devait... quels mots utiliser pour ne pas choquer les lecteurs encore non pervertis... Utilisons une métaphore guerrière : le canon du tank du joueur se ballade en bas de l'écran, le visage de l'adversaire en haut. Le joueur devait presser la barre espace au moment où il pense avoir une chance de lancer son projectile sur le point sensible de son ennemi, sachant que les 2 sprites ne cessent de bouger horizontalement, ce qui ne rend pas la chose aisée. Les sprites étant Hard (tout comme le jeu), le résultat est bien entendu super fluide et Iron avait même fait des graphs spécialement pour sa production (et à l'occasion avait maudit son utilitaire de ne pas avoir de fonction Fill). Bref, espérons que ça sorte, c'est plutôt rigolo, ne serait-ce que pour y jouer 5 minutes.

image

Roudoudou fut le gagnant incontesté de cette épreuve. Certes il n'y avait plus de concurrents, mais sa création Basic nous a fait beaucoup rire. Précisons, si besoin est, que Roudoudou ne choisit pas «Barbe» comme sujet. Même métaphore guerrière, le joueur doit régler la puissance de son tir (en pressant la barre espace comme un dératé), la précision et la dispersion de ses obus en pressant Enter au bon moment, afin de viser un petit bol situé 20 mètres plus loin. Une charmante et explicite animation vous montre en direct l'évolution du tir, avec commentaires !! Le tout est très bien présenté, avec notice, table des scores, un peu de graphismes de Grim, bref, c'est du Basic bien exploité, comme d'habitude avec Roudoudou. Il va de soi qu'un concours parallèle (mais presque aussi officiel) fut de faire le meilleur score. Mon premier essai me classa premier devant Ker et Roudoudou, mais Offset nous chassa tous lors de son passage. Plus tard, ce fut au tour de Grim de prouver sa valeur. Roudoudou, qui n'aime pas perdre, réclama son titre et l'obtint ! Mention spéciale à Jamian qui malgré ses efforts répétés ne put jamais monter sur le podium. Le dimanche soir, alors que Roudoudou était parti du meeting avec Iron, je parvins à faire un perfect à tous les niveaux et obtint la 1ère place du podium, laissant le pauvre Roud' loin derrière. Bon, le traûtre ne modifia pas la table des scores lors de la diffusion de son jeu, je rétablis donc la vérité ici. Quand au lot de victoire de Roudoudou, il fut officiellement offert par Jamian, photo à l'appui, il s'agissait d'une magnifique bouteille d'Armagnac local (et après qu'on se plaigne pas qu'il y ait trop d'alcool en meeting, hein !)

image

Le Lundi matin arrivé, il ne reste que la moitié des participants, ce qui reste une bonne performance pour un meeting officiellement terminé. Nicky One, revenu du mariage, nous présentera son fils, Lucas, comme «sa seule production sans bug» ! Ah ça, il faudra attendre la fin de la croissance pour le vérifier...

Vers Midi, Eliot et moi nous ouvrons une petite boite de cassoulet pour se donner des forces, pendant que les autres dorment ou prennent leur petit déjeuner et nous partons vers Coutances. Au passage, on retourne à Bordeaux (décidément, cette ville m'aime) pour bouffer avec un pote à Eliot, et on repart. Mais juste avant, improvisation ! On décide de faire un petit crochet pour aller réveiller cette feignasse de Madram. Pas de bol, il n'était pas chez lui... Pas grave, on aura rencontré ses parents et fait un peu de tourisme... Après l'escale à Bordeaux, Eliot me dépose à Rennes (il est alors 2h30 du matin) et repart derechef sur Coutances ! Admirons son courage.

Epilogue : et bien moi, ce meeting, je l'ai vraiment apprécié. Je me suis bien marré, j'ai bien codé, un peu bu, pas mal mangé. Les repas furent nourrissants et de bonne qualité. Il manquait peut-être de boissons gazeuses, et d'autres conneries dont chacun aime s'empiffrer pendant les longues nuits d'été, entre deux repas. Au niveau température, ça n'a pas été la fournaise, contrairement à ce à quoi je m'attendais. J'émettrais un petit regret en ce qui concerne le nombre de participants, mais il faut avouer que se déplacer jusqu'à Bassoues (98) n'est pas chose aisée pour tout le monde, surtout pour ceux qui se désistent à la dernière minute.

Voila, ce rapport s'arrête ici ! Bravo à Jamian et Offset pour l'organisation. Spécial thanks aux Chevaliers du Zilog !

Targhan

Photos by Unknown